Retrouvez-nous sur :

M. André SANTINI « Président du Syndicat des Eaux d’Île-de-France (SEDIF), Ancien Ministre, Maire d’Issy-les-Moulineaux, Vice-Président de la Métropole du Grand Paris »

André Santini

Pouvez-vous nous présenter le SEDIF ? Quelles sont ses missions et compétences ? (En 2 mots…)

Créé en 1923, le Syndicat des Eaux d’Ile-de-France est le premier service public d’eau en France et l’un des tout premiers en Europe. Il produit et distribue l’eau potable pour le compte de 150 communes de la région parisienne, à raison de plus de 750 000 m3 par jour (soit 240 millions de mètres cubes par an). Il assure ainsi l’alimentation en eau potable de plus de 4,7 millions de Franciliens. Propriétaire des usines et de tous les ouvrages de production et de distribution, le SEDIF définit la politique d’investissement, fixe le prix de l’eau et contrôle l’exécution du service réalisé par son délégataire. L’exploitation du service est confiée à Veolia Eau d’Ile-de-France (filiale du groupe Veolia entièrement dédiée au SEDIF) dans le cadre d’une délégation de service public.

 

Vous êtes depuis longtemps très investi et engagé dans le développement durable. Pouvez-vous également revenir sur vos projets d’avenir ?

En effet, souhaitant être exemplaire en la matière, le SEDIF a mis en œuvre dès 2001 une politique environnementale ambitieuse, reconnue en février 2002 par l’obtention de la certification ISO 14001. Proposer un service de l’eau neutre en carbone, optimiser les consommations d’énergie, ne consommer que de l’énergie renouvelable en partie produite sur ses sites, ou encore contribuer aux efforts d’adaptation au changement climatique constituent les axes principaux de la politique qualité, environnement et développement durable du SEDIF. Le SEDIF est, depuis plus de 15 ans, engagé en faveur du climat, dans une double démarche d’atténuation et d’adaptation : l’atténuation, qui consiste à contribuer à limiter le changement climatique, et l’adaptation visant à modérer ses effets sur notre société. Il œuvre dans le respect de l’environnement et des normes, pour fournir, à terme, une eau pure, sans calcaire et sans chlore. Soucieux de l’environnement et de la protection de la ressource, le SEDIF s’est doté en 2017 de son Plan Climat Eau Énergie.

17 engagements du SEDIF sont ainsi formalisés pour garantir un service public de l’eau potable de qualité à long terme.

 

Une synergie est en place dans le cadre des services urbains de la Métropole du Grand Paris. Quelles sont les innovations en place et à venir ?

Nano galerie centrale

Les services urbains d’Ile-de-France, dont le SEDIF est un acteur majeur, participent en effet activement à la construction d’une Métropole durable en mettant au service des défis de demain leurs innovations et leur expertise mutuelles. Chacun d’entre nous est sur le territoire du Grand Paris, en charge des missions essentielles et complémentaires : service public de l’eau, service public de traitement de déchets, transports, électricité, gaz …Nous agissons de concert au quotidien au service des Franciliens dans l’intérêt général et l’égalité territoriale pour la Métropole de demain. Le SEDIF a à cœur d’entretenir une dynamique partenariale, qui se décline d’ores et déjà par des travaux transversaux sur des projets d’intérêt général concernant notamment la maitrise de l’énergie, l’amélioration de la qualité de l’air, la promotion de l’économie circulaire, la ville intelligente (smart city), la place des grands équipements métropolitains, la logistique urbaine ou encore l’adaptation au changement climatique. Confortés dans leur rôle et encouragés , malgré les difficultés introduites par la loi même à développer leurs missions par la loi elle-même, sur la Nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) comme par celle relative à la transition énergétique pour la croissance verte adoptées en 2015, ces grands syndicats, au service de près de 10 millions de Franciliens, ont plus que jamais vocation à s’unir et à concevoir et mettre en œuvre des synergies efficaces entre leurs activités, à l’échelle des territoires du Grand Paris et au service de leur équilibre environnemental et énergétique.

« Le citoyen au centre du service public ». Comment le projet SEDIF 2020-2030 donne t-il une place au citoyen ?

La mission de service public exercée par le SEDIF ne s’arrête pas au robinet des consommateurs, c’est bien plus que cela ! En répondant à un besoin vital d’eau dans nos villes, la mission du SEDIF, c’est aussi de savoir écouter pour transmettre des informations utiles sur le prix, la qualité de l’eau et les services, sensibiliser à la préservation de la ressource, recouvrer le montant de la facture d’eau et venir en aide aux usagers ayant des difficultés de paiement. Fort de ses responsabilités citoyennes, le SEDIF s’est engagé depuis longtemps auprès des plus jeunes. Les jeunes citoyens, relais actifs et efficaces, sont ainsi régulièrement sensibilisés aux questions liées à l’environnement. Prévues au programme des classes de primaire, le SEDIF met en œuvre des actions d’information et de sensibilisation sur l’eau, particulièrement auprès des enseignants et des élèves des classes de CE2, CM1 et CM2 à travers plusieurs outils : kit pédagogique, film, plateforme www.kezakeau.fr, mini conférence… Notre proximité avec les jeunes et leurs responsables est fondamentale, elle nous permet d’éveiller les consciences, de participer directement à l’éducation des citoyens adultes de demain, et de préparer les consommateurs de demain des comportements à adopter responsables en matière d’économies d’eau et de respect de cette ressource. A l’horizon 2020, le SEDIF entend maintenir ses opérations de communications régulières auprès des jeunes, comme récemment dans le cadre de la Semaine du développement durable et ses actions de proximité.

La gouvernance territoriale, la notion de subsidiarité ! Votre point de vue sur ces enjeux majeurs à la veille des élections européennes ?

Dans un univers francilien en pleine recomposition administrative et encore instable, le SEDIF apparaît comme un élément de stabilité, comme tous les grands syndicats d’ailleurs structurant la région parisienne. C’est pourquoi, le SEDIF fort de sa gouvernance apaisée et partagée, ambitionne de renforcer le partenariat entre les grandes autorités organisatrices de l’eau de la petite couronne afin de faire converger les initiatives et démontrer la capacité des élus locaux à travailler ensemble pour la nécessaire construction d’un Grand Paris de l’eau, démocratique et respectueux du principe de subsidiarité. Ma réélection en février dernier, témoigne que ma volonté de dialogue et de rassemblement, hors des clivages politiques, et mon engagement en faveur d’un service public de l’eau potable toujours plus efficace, plus sûr, plus solidaire et plus respectueux de l’environnement, pour un prix maîtrisé, a pris le pas sur les considérations politiques. Un seul objectif m’anime, organiser les convergences d’initiatives communes, afin de démontrer la capacité des élus locaux à travailler ensemble pour la nécessaire construction d’un Grand Paris de l’eau. Le but est de partager les meilleures pratiques et d’inspirer de nouvelles avancées profitables à tous, dans un cadre au fonctionnement très souple.

Quelques mots sur vos engagements et projets à l’international ?

Depuis 1986, le SEDIF a mis en œuvre un programme d’action solidaire internationale reconnu, Solidarité Eau, afin de développer l’accès à l’eau potable dans les pays en développement. Pour les élus du SEDIF, c’est un impératif moral de contribuer à l’accès à l’eau potable dans le monde. Premier contributeur en France, hors l’État, pour le financement de ses actions de solidarité à l’international via des associations de droit français notamment, l’action extérieure du SEDIF concerne 4,7 millions de personnes à ce jour dans 21 pays d’Asie et d’Afrique, soit un nombre d’habitants desservis en eau potable plus important que sur le territoire du SEDIF. Le SEDIF a également développé une démarche d’ouverture et de collaboration avec des grandes agglomérations mondiales, qui a conduit à la création du Club des grands services d’eau du Monde. Ces services d’eau sont aujourd’hui confrontés à des enjeux et des problématiques, dont les réponses techniques sont développées par certains opérateurs, qui pourraient être reprises par d’autres ou inspirer de nouvelles solutions. En 2017, le SEDIF porte son investissement à 2,4 millions d’euros (vs. 2,1 millions en 2014), répartis dans 13 pays d’Asie et d’Afrique. En plus de 30 ans, le soutien financier du SEDIF aura ainsi été multiplié par 6 en passant de 1 centime de franc prélevé par mètre cube d’eau vendu au début de son action à 1 centime d’euro en 2017.